mince


mince

mince [ mɛ̃s ] adj. et interj.
• fin XIVe; de l'a. v. mincier « couper en menus morceaux », var. de menuiser
I Adj.
1 ♦ (Opposé à épais) Qui a peu d'épaisseur. 2. fin. Couper de la viande en tranches minces. émincer. Métal réduit en bandes, en plaques minces (feuilles, rubans). Lamelle, membrane très mince (pellicule). Mince comme du papier à cigarette, comme une pelure d'oignon. « mon pardessus beaucoup trop mince pour la saison » (Céline). léger.
2 ♦ (Opposé à large) ⇒ 1. délié, étroit, filiforme , ténu. Colonnettes minces. Mince filet d'eau.
3Qui a des formes relativement étroites pour leur longueur, et donne une impression de finesse. Jeune femme mince, grande et mince. élancé, fluet, gracile, 1. menu, svelte. « Vit-on jamais au bal une taille plus mince ? » (Baudelaire). 2. fin. Trop mince. efflanqué, 1. maigre. Lèvres minces. Jambes trop minces. 2. grêle.
4Fig. Qui a peu d'importance, peu de valeur. insignifiant, médiocre, négligeable. Pour un mince profit. Un prétexte bien mince. « ce n'est pas une mince affaire » (A. Daudet). petit. Fam. C'est (un peu) mince : c'est (bien) peu (cf. C'est un peu court).
5 Adv. Peindre mince, par couches minces.
II Interj. (1878; mince que... « combien » 1873; emploi iron.) Fam. Exclamation d'étonnement, de surprise (souvent euphém. de merde). Mince ! j'ai perdu mon sac ! Ah ! mince ! Mince alors ! « Hé bien ! mince de rigolade ! » (Romains). ⊗ CONTR. Épais, 1. fort, gros, large.

mince (expressions) adjectif (ancien francais mincier, couper en petits morceaux, du latin populaire minutiare) Mince comme un fil, très mince. ● mince (synonymes) adjectif (ancien francais mincier, couper en petits morceaux, du latin populaire minutiare) Qui est peu épais
Synonymes :
- fin
Contraires :
- épais
Qui a peu de largeur, dont le diamètre est petit
Synonymes :
- allongé
- étroit
- fuselé
- ténu
Qui a la taille fine
Synonymes :
- élancé
- frêle
Contraires :
Qui est peu considérable, de peu d'importance, de valeur
Synonymes :
- médiocre
- misérable
Contraires :

mince
adj. et Interj.
rI./r adj.
d1./d De peu d'épaisseur. étoffe mince.
d2./d Svelte. Femme mince.
d3./d Fig. Peu important, médiocre. De minces revenus.
rII./r Interj. Fam. (Marquant la surprise, l'admiration, etc.) Mince alors!

⇒MINCE, adj. et interj.
I. Adjectif
A. —[Caractérisant l'étendue]
1. [Appliqué à une seule dimension] Dont l'épaisseur ou la largeur est inférieure à la moyenne.
a) [P. oppos. à épais] Mince feuille, pellicule; cuir, étoffe, verre mince. Le sol disparaissait sous une mince couche de neige, qui le poudrait légèrement (VERNE, Tour monde, 1873, p.157). V. barde ex. 3, jambon ex. 1:
1. Les deux nouveaux venus s'installèrent dans une chambre séparée seulement de celle de ma femme par une mince cloison; il était impossible de ne pas les entendre, à moins de se boucher les oreilles...
CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p.574.
[P. méton. du déterminé, en parlant de la matière] Mince robe, tunique; mince veston. Sa chaussure était si mince et si fine qu'on eût presque dit son pied nu, et plutôt ganté que chaussé (FLAUB., Éduc. sent., 1845, p.74). Le gros garçon (...) grelottant dans sa chemise de soie, son mince complet havane, ses bottes fines (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1358). [Ce qui est fait de cette matière] Leurs bras Vêtus de laine rude ou de mince percale (HEREDIA, Trophées, 1893, p.143).
P. métaph. Un pauvre diable dont la santé est mince comme une porcelaine de Chine (AMIEL, Journal, 1866, p.454). Le monde devient mince et transparent (G. MARCEL, Journal, 1923, p.293).
Emploi adv., BEAUX-ARTS. Peindre mince. Peindre en donnant peu d'épaisseur à la couche de couleur. Il ne peint pas mince comme disent les peintres, mais il procède par de solides empâtements (E. GAUTIER, Journal officiel, 10 avril 1877, p.2784, col. 1 ds LITTRÉ).
Emploi subst. masc., arg. ou pop. Papier. Appliquer du mince sur une vitre à briser (ANSIAUME 1821 ds ESN. 1966). Assignat; billet de banque. Des minces. ,,On appeloit ainsi vulgairement le papier monnoie, connu sous le nom d'assignats, quand il étoit en émission; c'est maintenant le nom que le peuple donne aux billets de banque`` (HAUTEL t.2 1808).
b) [P. oppos. à large]
) [En parlant d'une chose concr.] Ruban mince; mince baguette, canal, couloir, rue, sentier, trottoir. Cette maison est desservie par un escalier mince, plaqué contre la muraille (BALZAC, Splend. et mis., 1844, p.29). Les pupilles de ses yeux gris étaient minces comme celles d'une chatte arrivant du plein jour (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.619). Un mince rayon de soleil se fraya un chemin dans la chambre sous le store baissé (ROY, Bonheur occas., 1945, p.331):
2. C'était une belle arme, riche sans ornementation superflue, une arme de combat et non de parade. Sur la lame d'acier bleuâtre, relevée de quelques minces filets d'or, se voyait imprimée la marque d'un des plus célèbres armuriers de Tolède.
GAUTIER, Fracasse, 1863, p.223.
) En partic. [Par croisement avec infra I A 2 b; en parlant d'une expression du visage] Qui manque d'ouverture, d'ampleur; qui est volontairement esquissé. Par moments, ses paupières se baissaient doucement, un regard mince et aigu s'échappait du coin de ses yeux, avec une singulière ironie, et allait fouiller le visage des deux femmes (ZOLA, M. Férat, 1868, p.256). Il regardait les deux autres de son œil doux et fin, les lèvres pincées d'un mince sourire (ZOLA, Germinal, 1885, p.1339).
2. [Appliqué à deux ou trois dimensions qui définissent une surface, un volume]
a) Dont les proportions sont peu importantes; qui est fin d'aspect et/ou élancé. Anton. massif. Minarets aussi minces que des mâts de vaisseaux (LAMART., Voy. Orient, t.2, 1835, p.377). Prêtez-moi la respiration légère et facile des locomotives hautes et minces, aux mouvements si aisés, les locomotives des rapides (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p.36). La lune, croissant mince, était couchée sur un nuage (MONTHERL., Pte Inf. Castille, 1929, p.614).
b) En partic. [En parlant d'un être vivant (notamment de l'homme), d'une partie du corps] Anton. épais, gras, gros. Bouche, buste, cou, doigts, lèvres, jambes, mains, nez mince(s); (une personne) mince comme un fil, comme une sylphide. Une voiture passa (...) traînée au grand trot par deux minces chevaux blancs (MAUPASS., Bel ami, 1885, p.146). Elle remarqua ses pieds minces, elle fut orgueilleuse de leur petitesse (ZOLA, Rêve, 1888, p.80). Sur les photographies — et je ne sais pourquoi — il semble grand. Il n'est pas fort grand, il est mince; et note bien que mince ne signifie pas fluet (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p.36). Parce que notre civilisation veut des femmes minces. On peut le critiquer, résister, mais c'est ainsi (...). Être mince présente bien des avantages, ne serait-ce que sur le plan de la santé (Madame Figaro, 25 sept. 1982, p.170, col.1). V. adaptation ex. 20:
3. ... crains de trop te serrer dans un corset; c'est à cet absurde et incommode usage que tant de jeunes filles doivent des maux de poitrine et d'estomac, tout cela dans le but de paraître mince et de ressembler à une guêpe au lieu de ressembler à une femme.
KARR, Sous tilleuls, 1832, p.114.
[Avec compl. prép. de indiquant ce qui est mince] Elles [les Abyssiniennes] sont grandes, minces de taille, élancées comme les tiges de palmier de leur beau pays (LAMART., Voy. Orient, t.2, 1835, p.402).
Emploi subst. Madame Hourmel, une grande mince, aux joues plates, aux yeux doux et inquiets d'inquiétude ménagère (R.BAZIN, Blé, 1907, p.294). Sa sveltesse, son allure, son élégance — celles, inimitables, des minces sans régime (Fr. DORIN, Les Miroirs truqués, Paris, éd. J'ai Lu, 1983 [1982], p.202).
[Qqf. synon. de maigre] Elle vint ouvrir, mince, épuisée, frappée elle-même d'une lente décomposition du sang (ZOLA, Dr Pascal, 1893, p.49). On a six ans, des jupons de poupée, des mollets minces à faire pleurer, un tablier à manches courtes laissant voir la chair trop frêle des poignets (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p.64).
B. —[Caractérisant la constitution ou l'état de la matière]
1. Domaine concr.
a) [Appliqué à un ensemble de choses ou de pers.] Dont les éléments sont peu nombreux ou peu rapprochés. C'était un garçon de vingt-six ans, petit, très brun, d'une jolie figure, avec de minces moustaches, qu'il frisait toujours d'un mouvement machinal de la main (ZOLA, Assommoir, 1877, p.380). L'assemblée était mince. Je me dissimulai derrière un des piliers de l'entrée. L'abbé Biscarnious, dans la chaire, achevait sa péroraison (Ch. EXBRAYAT, Méfie-toi, gone! Paris, Le Livre de poche, 1984 [1961], p.101):
4. Pour comprendre l'importance alimentaire de ces cultures d'arbres, il faut les associer à celles qui se multiplient à leur ombre: aux tapis d'orge, fèves ou blé, garnissant, sous le mince feuillage de l'olivier, les gradins en terrasses...
VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.135.
ART MILIT., vx. Ordre mince. ,,Ordre de bataille dans lequel les hommes sont sur peu de rangs`` (LITTRÉ). Dans ma jeunesse (...) on étudiait l'ordre profond et l'ordre mince (...). La science militaire a changé comme tout le reste par la révolution (CHATEAUBR., Mém., t.2, 1848, p.403).
b) [En parlant d'une chose] Qui est faite d'une matière peu dense, peu serrée. Un mince brouillard flottant au ras du sol (CARCO, Vérotchka, 1923, p.15). Une petite pluie mince commence à tomber (SARTRE, Engrenage, 1948, p.180). La Giralda fit entendre douze coups, frappés sur un airain si haut placé et dans un air si mince que les ondes se propagèrent jusqu'au fleuve (MORAND, Flagell. Séville, 1951, p.7):
5. De consistance variable, tantôt mince et diluée, tantôt concentrée en empâtements d'épaisseur presque touchable, elle [une odeur bizarre] étalait dans l'arrière-gorge, au centre des nausées, une onctuosité narquoise, une sorte de crème infâme et permanente, de substance inconnue, d'une fadeur à s'évanouir.
MALÈGUE, Augustin, t.1, 1933, p.157.
P. anal. Bruit, rire mince. Ils y jouaient les drames qu'ils savaient par coeur, la voix enflée pour les héros, toute mince (...) pour les ingénues et les reines (ZOLA, Œuvre, 1886, p.38). Comme dans les cortèges d'enterrement, on distinguait le grésillement mince du gravier roulant sous les semelles (ESTAUNIÉ, Vie secrète, 1908, p.301):
6. ... en ce moment, les troupeaux (...) avançaient, pressés et chauds, entre les incendies, leur épais silence percé çà et là de minces bêlements.
MALRAUX, Espoir, 1937, p.762.
2. Au fig. Qui est de peu d'importance, de peu de valeur.
a) [Dans l'ordre de la qualité]
) [En parlant d'une chose] Insignifiant; faible, petit. Mince détail, événement, prétexte, récit; une cause bien mince. Il faut la voir et l'entendre conter une histoire la plus mince, un simple détail de la vie ordinaire (TAINE, Notes Paris, 1867, p.180). La leçon d'anatomie [de Rembrandt] est mince et n'a que peu d'ardeur. L'effet est saillant sans être fort, et en aucune partie des étoffes, du fonds, de l'atmosphère où la scène est placée, le travail ni le ton ne sont très riches (FROMENTIN, Maîtres autrefois, 1876, p.273):
7. Voilà ce qu'il a jadis appelé des succès! Il s'est réjoui sans scrupule de tous ces chagrins de ses frères, comme d'autant de victoires de Dieu! Tout cela lui paraît maintenant petit, mince, privé d'amour.
BARRÈS, Colline insp., 1913, p.322.
[Avec compl. prép. de indiquant ce qui est mince] Un texte mince de fond. Cette brochure, mince de texte et si lourde d'expérience et de prévisions (BARRÈS, Cahiers, t.13, 1921, p.199).
[Souvent à la forme négative, pour renforcer la valeur de l'objet] Ce n'est pas une mince entreprise, un mince mérite (de ou que de + inf.). Ce n'était pas une mince besogne de transvaser d'un bord du fleuve à l'autre une population de plus d'un million d'âmes (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p.207). Si je surveille trop mon écriture, je risque de fausser ma ligne et de donner dans le piège de l'apprêt au moment même et d'autant plus que je m'applique à l'éviter... La difficulté n'est pas mince (GIDE, Robert, 1930, p.1316). Oh! ce n'est pas une mince affaire que d'arracher l'avarice du coeur des petits paysans! (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1507).
) [En parlant d'une pers.] Sans intérêt, insignifiant:
8. Personne ne s'occupait de moi; j'étais alors, ainsi que Bonaparte, un mince sous-lieutenant tout à fait inconnu; nous partions, l'un et l'autre, de l'obscurité à la même époque, moi pour chercher ma renommée dans la solitude, lui sa gloire parmi les hommes.
CHATEAUBR., Mém., t.1, 1848, p.240.
b) [Dans l'ordre de la quantité]
) [En parlant d'une chose] Synon. de maigre. Mince héritage, repas, revenu, trousseau. Je me représente encore l'arrivée de notre mince mobilier dans cet immense local où nous étions comme perdus (MICHELET, Mémor., 1822, p.184). On lui fit comprendre qu'il n'était pas vu moins favorablement par Mlle Aimée. La dot était mince. Trop de frères et de soeurs (COPPÉE, Longues et brèves, t.5, 1893, p.259). Tu n'as gagné que vingt-cinq francs cette semaine, c'est mince (DELESALLE, Dict. arg.-fr. et fr.-arg., 1896, p.182):
9. Persuadée que les sous me préoccupaient comme elle, la brave femme n'attendait pas que j'eusse soufflé, pour me cacher dans la main ses très minces économies de la journée. Et par la suite c'est toujours ainsi qu'elle m'accueillit.
ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p.239.
) [En parlant d'une pers.] Lorsqu'on est aussi mince buveur que moi, on est heureux de trouver les petits vins légers de la Moselle (DU CAMP, Hollande, 1859, p.223).
II. Interj., pop. et fam.
A. —[Exprime la surprise, l'étonnement, l'admiration, p.euphém. de merde] Lorsqu'il la vit reparaître, il s'écria: — Mince! vous êtes bien frusquée! (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p.110). Papa exige que tu rentres et te pardonne. — Me pardonne? Ah! mince alors. Me pardonne... tu es sûr qu'il dit ça? (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.361):
10. Il faut que je me redresse... que je me démène pour rentrer... Je ramasse mon beau costard... Mais je retrouve plus mon faux-col... Tant pis! Je devais être revenu pour dîner! Mince! C'est bien ma putaine déveine!
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.382.
B. Locutions
1. [Avec compl. prép. de]
a) [Exprime l'admiration ou le contentement] Mince de costard! (RIV.-CAR. 1969):
11. Il demande le grand maréchal de la cour. On lui donnera toujours bien son adresse à Tsarskoïe. Mais le sous-officier lui fait tourner la tête... lui montre une silhouette qui s'avance!... Mince de veine alors!... C'est M. le grand maréchal lui-même!...
LEROUX, Roul. tsar, 1912, p.165.
b) Par antiphrase. [Exprime la contrariété, la déception, la colère] Il y a deux ans, quand Georgine se vit sur le point de mourir, elle me légua, mince d'héritage! Juliette, alors âgée de trois semaines (ARÈNE, Veine argile, 1896, p.111). Mince de paletot, remarque Tirette devant une capote qui passe, infiniment rapiécée, de tous les bleus (BARBUSSE, Feu, 1916, p.49):
12. ... il avait sa cellule communiste, quelque part, là-bas à Vincennes, il jouait les révolutionnaires à chaînette d'or et à pochette de soie. Mince de révolution!
BERNANOS, Mauv. rêve, 1948, p.967.
2. Arg. [Avec prop. introd. par que]
a) Synon. de sûr/sûrement que, certainement que, je crois bien. [Leur linge pompe leur sueur] Minç' qu'ils doiv' emboucanner l'singe (RICHEPIN, Chans. gueux, 1881, p.162). Mince que je voudrais le voir (RIGAUD, Dict. arg. mod., 1881, p.251).
b) Par antiphrase. Synon. de beaucoup de. Un voleur ne dit pas simplement: «J'ai volé beaucoup de gens». Il dit avec emphase: «Mince que j'en ai fait pleurer!» (A. HUMBERT, Mon bagne, 1880, feuille 25).
REM. Mincement, adv. [Correspond à supra I A 1 a] D'une manière peu épaisse. Vêtement mincement doublé (Lar. 19e). [P. méton. du déterminé] De façon plus réduite. [Sur des affiches-réclames] des baigneuses en maillot clair, étendues sur des plages miniatures, célébraient par on ne savait quel rapprochement la douceur de telle cigarette; et d'autres, plus mincement vêtues encore, glorifiaient une boisson désaltérante (ROY, Bonheur occas., 1945, p.396).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1306 «petite monnaie qui valait un demi-denier» (GUILLAUME GUIART, Branche des royaus lignages, éd. Wailly et Delisle, 11788); encore au XVIe s. comme terme arg. qui désigne l'argent (v.HUG.); 2. a) ca 1480 mince «dénué d'argent», arg. mince de caire «id.» (GUILLAUME COQUILLART, Droitz nouveaux, 933, 1578, éd. M. J.Freeman, pp.175, 209); b) début XVIe s. « de peu d'épaisseur» (FOSSETIER, Cron. Marg., ms. Bruxelles 10510, f° 206 r° ds GDF. Compl.); c)1560 «grêle, peu épais de taille» (La Bible, qui est toute la saincte Escriture [...] de l'imprimerie d'Antoine Rebul, chap. 41, vers 19, f°15 r°); d) 1640 (OUDIN Curiositez: son fait est bien Mince, il n'a gueres de biens ou d'argent); av. 1646 «de peu d'importance» (MAYNARD, Epigr. contre Saint-Amant cité ds LIVET Molière:Vostre noblesse est mince); 3. a) arg. 1790 «papier à lettres» (Rat du Châtelet, p.15); b)1808 (HAUTEL, loc. cit.); c) 1878 mince que... (RICHEPIN cité ds LARCH., p.242); 1881 interj. mince! (ID., Chans. gueux, p.288). Déverbal de mincer; au sens 1 cf. lat. médiév. minutum (XIVe s. ds LATHAM), minuta (XIVe s. ds DU CANGE) «petite monnaie». Fréq. abs. littér.: 3543. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 4021, b) 5255; XXes.: a) 6389, b) 4977.
DÉR. Mincet, -ette, adj., rare. Un peu mince. Lorsque la petite femme, parisienne mincette, laide et tentante comme le péché, vient déjeuner avec son mari, mon lieutenant vous a des yeux à ne pas le laisser approcher d'une poudrière (A. DAUDET, Pte paroisse, 1895, p.176). Emploi subst. Une petite fille (...) une petite mincette aux yeux bleus étranges (...) qui le faisait tourner en bourrique (VIALAR, Tournez, 1956, p.75). [], fém. [-]. 1re attest. 1535 (MAURICE SCÈVE, La Deplourable fin de Flamete, ch. 29 ds HUG.), rare; de mince, suff. -et.

mince [mɛ̃s] adj. et interj.
ÉTYM. V. 1307, n. m., « petite monnaie valant un demi-denier »; v. 1460, adj., « misérable, pauvre »; de l'anc. v. mincier « couper en morceaux », var. de menuiser.
———
I Adj.
1 (Déb. XVIe). Opposé à épais. Qui a peu, très peu d'épaisseur. Fin. || Mince barde (cit. 2) de lard. || Couper de la viande en tranches minces. Émincer. || Métal réduit en bandes (cit. 1), en plaques minces. Feuille (cit. 14), lame, ruban; laminer. || Lamelle, membrane très mince. Pellicule. || Lame de verre mince et fragile. || Mince couche de glace (→ Appuyer, cit. 29), de neige (→ Hiver, cit. 5). || Étoffe mince comme du papier à cigarettes, comme une pelure d'oignon. || Grelotter sous une cape trop mince (→ Bise, cit. 6). Léger.
1 — Ah bien ! (…) j'allais oublier d'acheter du lard… Madame Quenu, coupez-moi douze bardes, mais bien minces, n'est-ce pas ? pour des alouettes…
Zola, le Ventre de Paris, t. I, II, p. 107.
2 (…) mon pardessus beaucoup trop mince pour la saison (…)
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 267.
2 (Opposé à large). Se dit d'une surface ou d'un volume (d'un objet) relativement peu large. Délié, étroit, filiforme, ténu. || Colonnettes (cit. 1) minces, en minces faisceaux (cit. 7). || Mince croissant (cit. 2) de lune (cit. 5). || Petit morceau de corde mince. Ficelle (cit. 1). || Mince filet d'eau (→ Cruche, cit. 4), de sang (→ 1. Goutte, cit. 38). || Jet (cit. 5) mince qui coule d'une outre. || Lame (cit. 7) d'acier ornée de minces filets d'or. || Longue et mince embarcation (cit. 1).
3 Voici passer une gondole officielle avec le pavillon autrichien (…) cette autre promène des Anglais (…) celle-là, mince comme un patin, file, mystérieuse et discrète, du côté du large.
Th. Gautier, Voyage en Italie, XII.
4 On n'osa débarricader la sortie qu'en apercevant, par la fente d'un auvent, un mince rayon de jour.
Maupassant, les Contes de la Bécasse, « La peur ».
3 (1560). Qui a des formes relativement étroites pour leur longueur, et donne une impression de finesse.(En parlant d'une personne). || Jeune femme (cit. 34) mince, grande et mince, aux formes minces. Fin, élancé, gracile, svelte. || Personne longue (cit. 7) et mince; trop grande et trop mince ( Efflanqué; → fam. Échalas, cit. 3; perche). || Vêtement qui fait paraître mince. Amenuiser (cit. 4), amincir. || Devenir plus mince. Mincir.Taille mince ( Délié, élancé), mince et flexible (cit. 2). || Buste, torse mince (→ Hanche, cit. 2; 2. marche, cit. 9), jambes minces (→ Fillette, cit. 1). || Cou (cit. 2), nez, profil long et mince. Allongé, effilé. || Lèvres (cit. 9) minces (→ Avaler, cit. 9).Attaches (cit. 10), poignets minces. Délicat, fluet, frêle, grêle, menu.(En parlant d'animaux). || Jambes minces du lama (1. Lama, cit.).
5 Vit-on jamais au bal une taille plus mince ?
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Tableaux parisiens », XCVII.
6 Pour le corps, il le fallait mince, avec la jambe longue et noble, le sein bas et petit : nous avons tout cela, sans autre défaut qu'un peu de maigreur au-dessus du genou.
Colette, Mitsou, I.
4 Abstrait. Qui a peu d'importance, peu de valeur. Insignifiant, maigre, médiocre, négligeable. || Pour un mince profit (→ Intransigeant, cit. 1). || Un prétexte si mince (→ Corde, cit. 14). || Son crédit (cit. 12), son influence est bien mince. || Jouer un rôle très mince dans une affaire. || Ce n'est pas une mince affaire que de circuler par ce brouillard. Petit. — ☑ Fam. C'est mince, c'est un peu mince : c'est peu, c'est bien peu (→ C'est un peu court).
7 (…) je les trouvai échauffés sur une dispute la plus mince qui se puisse imaginer (…)
Montesquieu, Lettres persanes, XXXVI.
8 (…) elles ont préféré une honnête modicité à une aisance honteuse; ce qui leur reste est si mince, qu'en vérité, je ne sais comment elles font pour subsister.
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 613.
9 Il lui faut sa Maugrabine ! Mais ce n'est pas une mince affaire ! Retrouver dans une ville de cent mille âmes une personne dont on ne connaît que l'haleine, les pantoufles et la couleur des yeux; il n'y a qu'un Tarasconnais, féru d'amour, capable de tenter une pareille aventure.
Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon, III, VII.
10 Sainte-Beuve (…) improvise une légère plaidoirie sur un tel sujet : « Le fond en est mince, écrit-il, en jetant un coup d'œil général sur l'ouvrage (les Mémoires de Gramont, d'Hamilton), non pas précisément frivole, comme on l'a dit (…) »
G. Duhamel, Refuges de la lecture, IV.
11 (…) ce séducteur, que ce n'était pas un mince mérite d'avoir réussi à fixer.
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 246.
Rare. Peu important (concret).
11.1 (…) cette mince ville, de quelques milliers d'habitants tout au plus, n'avait en garnison que nos deux premiers bataillons (…)
Barbey D'Aurevilly, les Diaboliques, p. 37.
(1652). Personnes. Qui mérite peu de considération, qui a peu de poids. || Un mince barbouilleur de papier (→ Farrago, cit.). || Une mince poupée (→ Gâter, cit. 36).
12 (…) un conseiller, et un receveur, sont des amants un peu bien minces, pour une grande comtesse comme vous.
Molière, la Comtesse d'Escarbagnas, II.
13 (…) Pierre Baudin (…) que, malgré le prestige héréditaire si fort dans notre démocratie, on trouve trop jeune et encore trop mince personnage pour un combat si décisif (…)
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 183.
5 Adv. || Peindre mince, par couches minces ( Maigre).
———
II Interj. (1878; mince que… « combien », 1873; emploi iron.). Fam. Exclamation d'étonnement, de surprise… (souvent employée par euphémisme de merde). || Mince ! j'ai perdu mon sac ! || Ah ! mince ! || Mince alors ! Qu'est-ce qu'il te faut ?
14 Mais les jeunes ouvriers (…) ont l'esprit accaparé par les prouesses des aviateurs; spécialement de Wright : — Mince, tu as vu. Vrijte qui décolle avec un gars de 108 kilos et qui fait deux tours ?
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, I, p. 29.
(Avec un complément exprimant l'admiration). || Mince de bagnole ! (ou, par antiphr., la contrariété, la déception). || Mince de partie de plaisir !
15 Wazemmes (…) hocha la tête d'un air de résignation navrée, tout en se disant à lui-même : « Hé bien ! mince de rigolade ! »
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXVII, p. 276.
16 — Bon; eh bien ! puisque vous avez levé le lièvre, ou plutôt le pigeon (…) c'est à vous que je confie le soin d'élucider ce mystère, San Antonio…
Mince d'honneur. Je lui octroie une courbette à quatre-vingt-dix degrés.
San Antonio, le Secret de Polichinelle, p. 30.
tableau Principales interjections.
CONTR. Ample, dodu, énorme, épais, fort, gros, large.
DÉR. et COMP. Mincet, minceur, mincir. Amincir, émincer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mince — MINCE. adj. de tout genre. Tenve, qui n a que fort peu d épaisseur. Estoffe mince. cette doublure est bien mince. cette lame d argent est fort mince. couper des tranches trop minces, &c. mince comme la langue d un chat. On dit figur. qu Une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Mince — (m[i^]ns), v. t. [imp. & p. p. {Minced} (m[i^]nst); p. pr. & vb. n. {Minging} (m[i^]n s[i^]ng).] [AS. minsian to grow less, dwindle, fr. min small; akin to G. minder less, Goth. minniza less, mins less, adv., L. minor, adj. (cf. {Minor}); or more …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Mince — Nom très rare porté dans le Puy de Dôme, où il est déjà attesté au XVIIe siècle. Sens incertain. On pense évidemment à l adjectif mince (= menu), mais son sens actuel n est attesté que depuis le XVIe siècle. En ancien français on donnait le nom… …   Noms de famille

  • Mińce —   Village   Country …   Wikipedia

  • mince ! — ● mince ! interjection (de mince) Familier. Marque un vif étonnement, une vive admiration, le mécontentement : Mince ! je me suis encore coupé …   Encyclopédie Universelle

  • mince — [v1] chop up chip, crumble, cut, dice, divide, grind, hack, hash, whack; concept 176 mince [v2] pose, put on airs attitudinize, flounce, posture, prance, sashay, strut; concept 59 mince [v3] euphemize, hold back in communication alleviate, de …   New thesaurus

  • mince — ► VERB 1) cut up or shred (meat) into very small pieces. 2) walk in an affected manner with short, quick steps and swinging hips. ► NOUN chiefly Brit. ▪ minced meat. ● mince (one s) words Cf. ↑mince words …   English terms dictionary

  • mince — [mins] vt. minced, mincing [ME mincen < OFr mincier < VL * minutiare < L minutus, small: see MINUTE2] 1. to cut up or chop up (meat, etc.) into very small pieces; hash 2. to subdivide minutely 3. to express or do with affected elegance… …   English World dictionary

  • Mince — Mince, n. A short, precise step; an affected manner. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Mince — Mince, v. i. 1. To walk with short steps; to walk in a prim, affected manner. [1913 Webster] The daughters of Zion are haughty, and walk with stretched forth necks and wanton eyes, . . . mincing as they go. Is. iii. 16. [1913 Webster] I ll . . .… …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.